Histoire de sexe jeune sexe pute

histoire de sexe jeune sexe pute

.

Gogo un sexe zone sexe


histoire de sexe jeune sexe pute



Tu es brûlante ma chérie! Le bout se tend et devient dur. Jessica ferme les yeux, elle bascule sa tete en arrière, elle commence a geindre. Jessica ronronne comme une chatte. Les langues se nouent, le baiser et très long comme chez les amoureux,, les salives se mêlent. Enfin les lèvres se séparent. Jessica pousse des gémissements a chaque fois que la langue paternelle la fouille. Jessica se tend et explose en hurlant de jouissance.

Il écarte légèrement sa tete et lui dit. Elle tend la main et saisit le manche gorgé de sang. Il en profite pour faire pénétrer la pointe de sa langue râpeuse. Jessica grogne comme un animal, elle agite sa croupe. Son père lui bouffe le cul atrocement, elle râle comme une chienne en chaleur. Alors salope tu voulais te faire ton père? La mere ravale sa salive.

La langue experte monte et descend sur la hampe veineuse, Manon tète le gland avidement Rapidement la queue redevient opérationnelle. Elle positionne le gland gonflé contre la rosace , et ordonne a son mari de la défoncer; — Vas-y fais la jouir dun cul cette garce, fais la gueuler!!

Marcel commence un très lent va et vient ,a chaque enfoncement du pal sa fille râle de douleur; -Doucement papa doucement!! La vitesse augmente au fur a mesure que les plaintes disparaissent. Jessica fait gicler sa cyprine en hurlant de jouissance. Manon demande a sa fille. Articles sur le même sujet: Histoire adultère Rencontre sexy dans un resto très coquin Au bon endroit au bon moment Ma cousine très salope Plan à 3 avec 2 hommes.

La voyant confuse, il continua: Je pensais que vous aviez compris votre position. Il repoussa son fauteuil de son bureau, et traversa la pièce afin de se tenir devant elle. Il posa sa main sur la manche de la jeune fille, fit courir ses doigts vers le bas puis lui pris sa petite main dans ses doigts charnus: Ingrid ne comprenait pas ce qu'il voulait. Elle était vêtue d'une tenue stricte et respectable. Elle ne voyait pas ce qu'il fallait qu'elle change. Même la réceptionniste qu'il l'avait accueilli lors de l'entretien, était habillée de façon similaire à elle.

Le midi, elle se précipita à son hôtel. Elle fouilla sa valise. Elle pensa qu'elle devait peut-être montrer un peu mieux ses formes, être un peu plus sexy pour les clients. Elle savait que les jolies secrétaires étaient un atout important pour les patrons qui voulaient donner une bonne impression à leurs clients et collègues. C'était la seule chose qui lui venait à l'esprit et ça la rendait nerveuse d'avoir à raisonner sans avoir d'instructions explicites.

Et si elle avait tort? Elle ne pouvait pas se permettre de perdre son emploi. Elle décida de changer son soutien-gorge serré par un autre en dentelle blanche et pigeonnant.

Son ex-ami aimait que ses énormes seins rebondissent. En elle-même, elle haussa les épaules. Elle sentit son regard sur son visage et ses cheveux maintenant déliés et brossés. Il s'attarda sur les lèvres charnues, agrémentées d'un rouge à lèvre brillant ainsi que sur le haut de sa gorge: Après avoir franchi le seuil de son bureau , il lui demanda de fermer la porte et la prenant par le coude, il la guida vers un coin de la pièce où se trouvaient un canapé, une commode et un grand miroir sur pied.

Nerveuse, ayant perdu contenance, Ingrid balbutia: Je me vois, Monsieur Elle déglutit. Parlant patiemment comme à un enfant il demanda: Elle ne savait pas où il voulait en venir. Les mains de son patron serraient ses épaules et elle commençait à avoir un peu mal.

Mais elle restait là, à se regarder, bouche bée, sans savoir que dire. Elle essaya de trouver une réponse: A cette question, la jeune fille se retourna, obligeant les mains de son patron à se retirer, le suppliant avec ses yeux, prête à tomber à genoux, ses seins oscillants comme elle se balançait de panique: Dites moi ce que je dois faire et je le ferais. Je vous ai embauché car vous êtes la meilleure pour ce poste..

Mais je vous ai embauché vous Ingrid car vous êtes. Elle rougit de son décolleté à la pointe de ses oreilles et balbutia: Les mains de M. Même ses grandes mains ne pouvaient tenir ces gros seins dans leur intégralité. Pourtant elle lui laissait caresser ses seins. Seule une salope ferait refaire ses seins à cette taille obscène. Cette énorme poitrine me dit que vous en êtes une. Vous êtes assez intelligente pour comprendre cela.

Vous êtes ici pour me faire plaisir et je veux que vous vous habilliez comme le jouet sexuel que vous êtes. Voyez, vous me permettez de malmener vos seins.

Il serra chacun des seins avec ses mains. Il était inutile de le nier. Je dois être une salope. Monsieur Il pinça le mamelon droit et tira dessus. Elle ne savait plus que faire. Sur ces gros seins étaient posés deux petits tétons roses. Il tira brutalement sur ces deux bourgeons rose et vit que les yeux de la jeune fille commençaient à se mouiller de larmes.

Puis il gifla le sein droit et le regarda rebondir sur le sein gauche. Alors que sous le choc, Ingrid commença à se tourner, il gifla le sein gauche encore plus violemment. Vous devez vous habillez convenablement.

DUPONT quittèrent finalement ses seins et glissèrent vers le bas, sur ses hanches, agrippant le tissu de sa jupe. Vous êtes une salope à baiser donc vous devez vous habiller comme tel. Cette culotte humide et ce sexe gonflé sont la confirmation que vous êtes une putain de jouet sexuel. Sentez comme vous êtes mouillée, comme vous aimez ça. Elle se demandait si M. Après une nuit presque sans sommeil dans son hôtel miteux, Ingrid se réveilla en sursaut, honteuse de ses rêves humides et de son anticipation de la journée.

Apres le scène humiliante du miroir, il avait pris des ciseaux et coupé la jupe juste au-dessous des fesses. Le reste de la journée fut consacré à un vrai travail de secrétaire mais elle était habillée comme une pute.

Elle était prête à tout du moment que les salaires rentreraient. Son habillement étant trop embarrassant en public, Ingrid portait un grand manteau. Dessous elle avait une minijupe sans culotte. Elle avait terminé avec un maquillage de star du porno, ses longs cheveux noirs attachés en longue queue de cheval et une haute paire de chaussures à talons.

Apres avoir déposé son manteau, elle prépara le café de M. Il entra, jeta un regard et lui sourit: Vous ressemblez à la pute à baiser que vous êtes.

Suivez-moi dans mon bureau! En entendant ses paroles dégradantes, Ingrid commença à mouiller. Eh bien, vous ne la méritez pas encore. Ensuite il cracha dans la bouche ouverte puis lui gifla la joue, lui dévissant la tête sur le côté. Bien que choquée, la jeune fille resta assis sur ses genoux, le sang montant à sa joue. Son patron la força de nouveau à ouvrir la bouche et lui enfonça un mince plug anal noir: Elle pris le plug et le suça docilement, le mouillant avec sa salive. Ingrid rougit, détourna le regard avant de hocher lentement la tête.

Il tira le mince plug de la bouche de sa secrétaire, se tourna vers son bureau pour le remplacer par un plus gros: Je ne sais pas si je suis heureux ou non.

Ingrid voulu commencer à parler mais son patron glissa le plus gros plug sans sa bouche, la bâillonnant efficacement. Enfin le jugeant assez humide, il le sortit, ordonna à la jeune fille de se lever et de se pencher sur le bureau. Tremblante, elle lui obéit. Il admira la vue, puis releva complétement la jupe afin de révéler son petit trou du cul serré.

Elle se sentait déchiré. Son tourmenteur lui tapota les fesses, tira sur sa jupe puis la remis debout en tirant par sa queue de cheval. Après quelque heures à répondre au téléphone et exécuter quelque tâches administratives, Ingrid se tortillait sur sa chaise, constamment consciente du jouet dans son cul. Elle se dit que plus elle se détendrait mieux elle se sentirait bien. Humiliée par ses propres pensées, ses mains ne cessaient de vouloir aller toucher son clito palpitant.

Elle aurait voulu que ses doigts caressent son clitoris et les plis de sa chatte mouillée. Mais à chaque fois, elle était mortifiée de penser à elle, se caressant, un plug dans le cul.

Tous ces objets prenaient un sens phallique. Assise sur le plug, ses seins poussés vers le haut et hors de son chemisier, Ingrid se sentait ridicule. A ce moment, M. Vous devez le traiter avec plus de respect que pour moi. En regardant en direction de M.

A vous le premier tour! Elle ne voulait pas. Cet homme était assez vieux pour être son père, 50 ans voir 60 ans. Elle avait besoin de ce travail. Il se dirigea vers la jeune femme brune.

Elle pouvait encore respirer mais elle devina la menace. La lâchant et se frottant la bosse qui se formait sur le devant de son pantalon de costume, M. Sur ce, il tourna les talons et parti, sans douter que la femme le suivrait, muette et résignée. Il le fallait, Ingrid le suivit dans un petit couloir puis dans une salle de conférence. Il se retourna, lui saisit le bras, enleva ses talons et la plia tête première sur la table de conférence.

Elle obéit, les pieds bien à plat, écartant le plus possible ses jambes. Il tira sur la jupe, la remontant sur la taille de la fille. Un trou du cul de salope prêt pour ma bite!